L’audit linguistique : un outil efficace pour faire face à la réforme de la formation

Avec la réforme de la formation annoncée par Muriel Pénicaud en avril, les entreprises vont perdre en 2019 plusieurs sources de financement, comme la période pro ou le CPF sur le temps de travail.

Plus que jamais, elles auront besoin de conseils pour optimiser et maitriser leurs dépenses en formation.
AC Langues pourra les accompagner avec son audit linguistique, développé auprès de nombreuses entreprises depuis 25 ans. 

La démarche complète comprend :

  • Un profil de poste :véritable descriptif du posteil détaille les tâches à accomplir dans la langue et leur niveau de complexité (la fréquence des contacts, le volume d’utilisation, le type de vocabulaire professionnel requis, la fonction des interlocuteurs…).
    Il est élaboré à partir d’un entretien en français de 20mn avec un intervenant dédié.

Les éléments communiqués sont validés par la hiérarchie ou le service RH.
Les informations collectées nous permettent :
– de définir le niveau d’une personne dans chaque circonstance professionnelle par l’analyse d’une note de confort (Niveau de confort sur 5) donnée à la fois :
• par le titulaire du poste en fonction de l’aisance ressentie,
• par le manager en fonction de l’aisance constatée,
• par AC Langues suite aux évaluations.
– de déterminer une note opérationnelle souhaitée sur 50, sur l’échelle européenne et la grille TOEIC.

  • Un profil linguistique individuel(curriculum linguistique/attentes personnelles/objectifs/disponibilités sur le temps de travail et personnel…).
  • Un test écrit, d’une durée de 1 heure qui comprend 3 exercices pour déterminer le niveau de connaissances de base en grammaire, en syntaxe, en lecture et en rédaction.
  • Un test oral par téléphone, noté sur 50 et d’une durée de 15mn pour mesurer le niveau de compréhension et d’expression orale d’une personne et sa capacité à transférer ses connaissances de base au sein d’un contexte professionnel.
  • Une analyse des écarts entre les niveaux constatés et les niveaux opérationnels souhaités.
  • Une hiérarchisation des priorités: besoins urgent, prioritaires, moins prioritaires, niveau opérationnel, sans besoins… définie en fonction des écarts constatés entre le niveau actuel et le niveau requis.
  • Une proposition pédagogique et des conseils quant aux solutions à mettre en place pour chaque collaborateur :
    – nombre d’heures nécessaires pour atteindre le niveau opérationnel souhaité,
    – cours de groupe ou cours particuliers,
    – parcours mixtes avec Elearning,
    – choix des outils et des supports de cours…

 

Cette analyse permet une définition précise de l’objectif à atteindre et des dispositifs à mettre en œuvre.

Tout le monde n’a pas besoin de 30 heures.
Pour certains, 10 heures ciblées seront suffisantes pour répondre à leur problématique.
Pour d’autres 40 heures seront nécessaires.

L’objectif n’est pas de dépenser plus mais de dépenser mieux, et d’apporter la bonne réponse au besoin.

Mettre en place cette analyse peut aider les entreprises à rationaliser leurs coûts en définissant des priorités de formation pour ensuite mettre en place des parcours sur mesure, et ce bien sûr dans le respect du budget alloué.

Chantal Roques Co fondatrice de AC Langues

logo
certifications
9 rue du Château d'Eau 75010 Paris
Tel : 01 48 24 11 85
Fax : 01 48 24 11 84
Email : ac.langues@aclangues.com